Cameroun : À la rencontre de Nourane, « l’égérie » du PCRN

Avec une campagne électorale à l’américaine, des bus à son effigie ainsi que celles du PCRN (Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale) qui l’a investi pour les élections législatives du 9 février 2020, des norias sillonnant les artères de Douala la capitale économique du pays, à la recherche des suffrages, Nourane Foster n’a laissé personne indifférent. Femme dynamique, belle et intelligente, élue députée pour le compte de son parti, Nourane fera certainement parler d’elle à l’Assemblée Nationale camerounaise. Afrikinternews est allé à sa rencontre.

Qui est Nourane ? Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Afrikinternews ?

Je suis Chef d’entreprises, actionnaire dans plusieurs entreprises, Présidente du conseil d’administration de AGRIAPP S.A, PDG de NOURISHKA HÔTEL, propriétaire des marques de produits cosmétiques NOURISHKA COSMÉTIQUES.
Je suis née en Egypte d’un père Camerounais doyen à l’Université de BUEA, et d’une mère égyptienne en service au consulat d’Égypte à Paris.
Donc je suis toute l’Afrique en miniature vivant au Cameroun également Afrique en miniature.
J’ai fait l’école primaire à notre dame du Caire avant de rejoindre le Lycée bilingue de BUEA en 2002. J’ai ensuite étudié le droit à l’Université de Douala avant de m’envoler vers divers pays pour diverses formations. Je suis mariée à un bel homme M. Fotsing que j’ai rencontré en 2012 et nous avons trois enfants dont deux garçons et une fille.

Comment arrivez-vous en politique ?

J’arrive en politique en 2017 après le discours de Cabral Libii (Président du PCRN) qui nous a interpellé. Et je crois que ce discours a interpellé également toute la jeunesse camerounaise. D’abord je suis membre du mouvement 11 millions de citoyens (Organisation créée par Cabral Libii pour inciter les populations à s’inscrire sur les listes électorale ndlr) ensuite du PCRN.

Pourquoi avez-vous adhéré au PCRN ? 

Le PCRN (Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale) a une idéologie progressiste ce qui épouse entièrement mes valeurs. Au PCRN c’est l’humain au centre de toute décision.

Quelles seront vos priorités à l’Assemblée Nationale ?   

Comme nous l’avons mentionné dans notre Agenda durant la campagne électorale, nous allons proposer prioritairement des lois et des réformes afin que les Camerounais puissent retrouver confiance au processus électoral.

Vous êtes connus comme redoutable femme d’affaire au Cameroun. Votre nouvelle fonction n’aura-t-elle pas de répercussions sur vos affaires ?

Absolument pas ! Je ne vais pas cesser d’être cette business woman.  Je compte même faire davantage. Agrandir l’empire afin de recruter plus de Camerounais.

Vous avez fait une campagne à l’américaine. Quel était l’objectif ? 

L’objectif était de gagner et je ne regrette pas. C’était juste parfait.

 Que pensez-vous de la situation socio-politique au Cameroun et notamment la crise au Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun ?     

Je crois que le gouvernement camerounais n’arrive pas à trouver la solution à cette crise qui dure depuis 3 ans déjà. De ce fait ils pourraient songer à démissionner et laisser la place à d’autres.

Un conseil à la jeunesse camerounaise et notamment les jeunes filles qui veulent se lancer dans la politique ?

La politique touche à tout, absolument tout, donc j’encourage tous les jeunes à s’intéresser à la politique. C’est le seul moyen de participer à la gouvernance dans notre pays.

Interview réalisée à Douala par Narcisse Oum

 

Une pensée sur “Cameroun : À la rencontre de Nourane, « l’égérie » du PCRN

  • jeudi 5 mars 2020 à 9:47
    Permalink

    Bravo

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :